L'été des méduses... faut-il uriner sur les piqures ?

Publié le : 18/07/2019 17:51:40
Catégories : ACTUALITES

L'été des méduses... faut-il uriner sur les piqures ?

L’été des méduses... faut-il uriner sur une piqure ?

Magnifique, c’est tempête de ciel bleu sur la plage … et la mer est si tentante mais aie aie, une grosse méduse  a laissé de douloureux souvenirs sur votre peau bronzée ! Au sortir de l’eau votre beau-frère se fait un plaisir de faire pipi sur votre mollet ! A t’il raison ?

Quelles sont ces bestioles embêtantes ?

Les méduses sont des cnidaires pélagiques que l’on rencontre fréquemment dans les eaux salées et quelques fois dans les eaux douces. Elles se délectent de plancton. On a recensé plus de 1500 espèces dans le monde mais toutes ne sont pas mobiles comme le fameux « corail de feu » qui fait la hantise des genoux des plongeurs de mers chaudes. Sous nos latitudes, les plus communes sont Aurelia aurita et Pelagia noctiluca.

Les piqures :

Les méduses piquent leur proie en utilisant leurs tentacules extensibles qui portent des milliers de nématocystes groupés en batteries urticantes qui injectent du venin en provoquant de multiples micro-piqûres.

Les effets de piqûres des méduses venimeuses vont d'un simple picotement sur la peau à des crampes musculaires, des vomissements, des œdèmes pulmonaires, des troubles cardiaques en fonction de l’espèce incriminée.

Les méduses provoquent 20 à 30 fois plus de décès chaque année (principalement dues à la  Chironex d’Australie) que toutes celles issues d'attaques des requins dans le monde … rappelons que « seulement » 5 à 6 morts sont causées par les requins dans le monde par an alors que des centaines le sont par les moustiques ! … (Recommandation : ne pas faire de surf en soirée dans les zones où les requins chassent et demandez aux plongeurs de leur dire d'aller ailleurs !)

Heureusement, nos méduses locales sont moins méchantes mais les piqûres de ces nématocystes sont vraiment douloureuses surtout si elles sont nombreuses et localisées en plusieurs points de votre corps qui devient alors moins bronzé …comme votre visage avec son rictus de douleur ! La lésion est assez typique comme « un coup de fouet » immédiatement douloureuse et dont la brûlure va en crescendo durant 30 minutes et qui laisse place à un érythème.

Quels sont les remèdes :

Alors faut-il que le beau-frère se dévoue ? Nenni !! Point d’urine toute chaude dessus malgré les conseils de tatamarcelle.com et du vieux marin pêcheur passant par là. En effet, l’osmolarité très faible de l’urine peut même aggraver la douleur en faisant éclater   les nombreux nématocystes restant sur votre peau qui n’auraient pas laissé suinter leur venin.

Alors que faire ? Regardez d’abord s’il subsiste des morceaux de tentacules et enlevez-les très délicatement. Si vous disposez de vinaigre, un rinçage rapide des zones douloureuses donne de bons résultats. Sinon, rincer rapidement avec de l’eau de mer ou du sérum physiologique (ne pas utiliser l’eau douce !) ensuite pratiquer une sorte d’emplâtre avec du sable mouillé, le laisser sécher et le racler avec un carton ou une carte vitale (le vert de la pharmacie verte…cela fonctionne mieux !). On pourra aussi essayer de plonger la partie touchée dans une eau salée très chaude (vers 45 °C jusqu’à la limite du supportable, mais attention aux brûlures !

Ensuite, il sera sans doute nécessaire d’appliquer une crème, un gel ou une solution antiprurigineuse pendant quelques jours comme le Geldapis (laboratoire Boiron), l’Urtigel (laboratoire Weleda).
Vous pouvez également confectionner une lotion avec :

Lavande aspic,  huile essentielle HECT (chémotypée) : 20 gouttes
Citronnelle de Madagascar, huile essentielle HECT : 20 gouttes
Menthe poivrée, huile essentielle HECT : 10 gouttes
Eucalyptus citronné, huile essentielle HECT : 10 gouttes
Huile végétale de Macadamia : 50 ml

Appliquer 4 à 6 fois par jour jusqu'à disparition des brulures.

Chez la femme enceinte ou allaitante, chez l’enfant de moins de 6 ans et chez l’épileptique, remplacer dans cette préparation la Lavande aspic par la Lavande officinale, remplacer la Menthe poivrée par la Camomille matricaire.

En homéopathie, prendre 5 granules de Apis mellifica le plus tôt possible, toutes 10 minutes pendant la première demie heure puis toutes les heures. Et ensuite prendre 5 granules 3 fois par jour jusqu’à disparition de la brulure et des démangeaisons.

Si les brûlures persistent malgré tout, il vous faudra consulter un médecin pour un examen clinique suivi d’une éventuelle application de crème corticoïde et de la prise d’un antalgique.

Faites donc en sorte de ne pas gâcher vos vacances en batifolant dans l’eau tiède avec ces charmantes petites bêtes évoluant avec grâce. Et si malencontreusement celle-ci vous réveille avec son venin, vous saurez maintenant comment vous soigner… et vous pourrez demander à votre beau-frère de vous offrir un rafraichissement après ces émotions …

Dr F.Vandangeon
Pharmacien

Sources :
Le pharmacien de France, juillet-août 2017, N° 1292, P33
Dominique Baudoux, l’aromathérapie se soigner par les huiles essentielles, JOM, 2015
Dominique Baudoux, guide pratique d’aromathérapie, JOM, 2013
Françoise Couic-Marinier, Se soigner avec les huiles essentielles, Solar, 2016
Pierre Paul Grassé, Traité de zoologie. Anatomie, systématique biologie, Masson, 1993,
Frédéric Lewino, Tuez-vous les uns les autres. La vie et la mort chez nos amies les bêtes, Grasset, 2007,
François Ramade, Dictionnaire encyclopédique des sciences de la nature et de la biodiversité, Dunod, 2008

Vérifier la légalité de ce siteOrdre national des pharmaciensAgence nationale de sécurité du médicament et des produits de santéMinistère des affaires sociales et de la santé

  • Paiement sécurisé Paiement sécurisé
  • Retrait en pharmacie Retrait en pharmacie
  • Des pharmaciens à votre écoute Des pharmaciens à votre écoute
  • Site 100% sécurisé Site 100% sécurisé
  • Livraison chez vous ou en point relais Livraison chez vous ou en point relais